Annonces

20120605-205935.jpg

La 8e édition de Sira Vision, ce grand rendez-vous de la mode, a vécu avec un accent particulier mis sur la paix des peuples en Afrique. La manifestation célébrait également le dynamisme de l’axe Abidjan-Dakar. Elle a été une occasion de rendre hommage à la défunte styliste Bineta Bakhoum, une créatrice lancée par Collé Sow Ardo dans le cadre des Sira Vision.

Samedi au King Fadh Palace, ce fut une soirée assez habituelle comme on en voit à chaque fois quand il s’agit de Sira Vision, organisé par la reine du pagne tissé, Collé Sow Ardo. Le stylisme et les différentes créations y sont déclinés avec de belles réalisations et des couleurs aussi diverses que variées. Au total, 22 artistes ont montré leur savoir-faire. Il y avait 11 Ivoiriens et 11 Sénégalais pour encore démontrer la vitalité de l’axe Dakar-Abidjan.

Du côté des autorités venues représenter l’Etat, il y avait, outre le ministre Youssou Ndour, en charge de la Culture et du Tourisme, Mme Mata Sy Diallo, ministre de l’Industrie et de l’Artisanat qui a dit la volonté de son département d’appuyer davantage ces artistes pour le rayonnement du stylisme au Sénégal. Le ministre Youssou Ndour a bien apprécié la beauté des produits de la mode. Il a affirmé que « ces réalisations règlent la question de la finition des œuvres qui faisaient défaut. Avec ce plateau relevé, Collé Sow Ardo montre encore une fois que les artistes font un travail remarquable mais que l’Etat va davantage les appuyer ».

Le défilé a été ouvert par la collection de la maison Biba Fashion, de la défunte Bineta Bakhoum. En hommage à cette dernière, sa structure a décliné une collection avec des robes en soie avec des couleurs très estivales qui tirent sur le jaune moutarde, le vert, le rouge et autres. La valse pouvait donc commencer avec les différentes collections rivalisant d’éclats et d’originalité. Alain Niava, l’Ivoirien, a su dompter le pagne. Son compatriote Anderson D propose des robes et autres jupes, en somme des tenues beaucoup plus modernes. Henzo Itzaki aussi a rendu hommage à la mère avec des robes gracieuses. Pour le défilé des stylistes ivoiriens, la palme a été inexorablement remportée par Gilles Touré, celui que l’on dénomme « le Drogba national » en termes de mode.

Avec lui, ça brille avec des fleurs qui peuplent ces belles créations. Son compatriote Ciss St Moïse a, dans ses pièces, donné au futur marié une autre allure avec des costumes d’un tout autre univers. Des habits qui donnent envie de se marier. Outre les Ivoiriens, la partie sénégalaise a montré aussi de très belles choses. Belle Dame couture a magnifié la tradition avec des boubous bien stylés. Louise Turpin a redonné au travail à la main toute sa splendeur. Lamine Diassé a, quant à lui, produit des costumes sobres dans leur réalisation, mais vives également dans l’utilisation des couleurs. Le clap de fin, comme d’habitude, était destiné à l’initiatrice de cette rencontre, Collé Sow Ardo. Avec elle, le pagne tissé révèle tout son charme et toute sa prestance. Ici les couleurs parlent et sont éblouissantes. Cette collection où le rouge est très présent rend hommage d’un côté à la défunte Bineta Bakhoum, mais également à Aïta Diop, ancienne égérie de Collé Sow Ardo. Les tenues avec Collé Sow Ardo sont éblouissantes et naturellement, le public a répondu par une «standing ovation» en guise d’assentiment devant la finesse de Collé Sow Ardo.

Annonces