Annonces

Les travaux de la 19ème conférence internationale de lutte contre le sida a démarré hier lundi en grande pompe au Palais des Congrès à Washington DC en présence de milliers de participants venus de 195 pays de par le monde. Ils sont tous animés par la même volonté, celle de mettre un terme à cette pandémie mondiale qui a fait plus de 30 millions de morts depuis son apparition il y a une trentaine d’années. Et l’occasion a été saisie par Michel Sidibé le président de l’ONUSIDA pour appeler le monde entier à rester debout pour tourner la marée contre le sida.

C’est le démarrage hier lundi à Washington DC, en grande pompe de la 19ème conférence internationale de lutte contre le sida. Une pandémie mondiale qui affecte trente quatre millions de personnes dans le monde dont les 70 % vivent en Afrique subsaharienne. A la cérémonie d’ouverture, Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA, a mis en garde la communauté internationale face à l’ampleur de la pandémie. Ainsi, du haut de la tribune de la Convention Center de Washington, il a demandé à ce que tout soit mis en œuvre pour que l’on atteigne 15 millions de malades régulièrement traités d’ici 2015.

Il estime que c’est le meilleur moyen de freiner la progression de la maladie. Pour ce faire, il faudra, dit-il, qu’ « on arrive à éliminer les nouvelles infections des enfants et que les donateurs , en dépit de la crise mondiale, respectent les engagements pris ». Sans de telles dispositions, a-t-il prévenu, « la chance d’éliminer le vih sida va nous échapper et l’histoire ne va pas nous pardonner ».

Michel Sididé qui s’est par ailleurs inquiété du sort des 30 millions de malades du sida dans le monde, a rappelé que ces derniers ont besoin de santé, de justice sociale et de dignité pour mieux vivre.

En Afrique le nombre de cas de décès pour cause du sida est passé aujourd’hui de 1, 8 million en 2005 à 1, 2 million. Les nouvelles tendances montrent toutefois que pour la première fois il y a plus de personnes en traitement que de personnes qui en ont besoins. Il a cité l’exemple l’Afrique du Sud où 300 000 personnes sont sous ARV alors que le Zimbabwé est a atteint le chiffre de 150 000 et le Kenya est à 100 000. Mais un pays comme la Chine a doublé le nombre de ces cas sous ARV en un an.

Il a estimé que de réels progrès ont été notés dans la croisade contre le Sida puisque son appel de Viennes plus de 100 000 enfants sont nés sans le vih. De quoi lui faire dire que la trajectoire de nouvelles infections est cassée. Ce qui aura permis de faire baisser de 20 % depuis 2005 la progression de la maladie. Interpellant les jeunes le haut responsable de l’Onusida les invitera à se mettre au devant de la prévention pour aider à atteindre l’objectif de zéro infection.

Le maire de Washington DC qui a salué le retour de cette conférence dans sa ville a indiqué la stratégie qu’il est en train de développer pour mieux réduire le nombre de personnes infectées par la pandémie. Il a regretté cependant d’avoir perdu beaucoup d’amis qui sont morts du sida à Washington DC et aux Etats Unis où plus de 1 million de personnes sont touchées par la maladie. Tirant les leçons de cette malheureuse expérience il est en train de développer une stratégie visant à inverser la tendance du vih sida. Dans, les cliniques, les restaurants, les bureaux, les hôtels, les écoles, les églises, et dans chaque coin de washington DC rien n’est laissé au hasard par le maire pour mieux sensibiliser les populations sur le sida.

Pour sa part le président de la Banque mondiale a salué les avancées notées dans la lutte en soutenant que la marée est en train de baisser au cours de ces 30 dernières années. Il en a profité pour inviter les pays à suivre le modèle Rwandais où une assurance maladie a été mise en place en vue de permettre aux pauvres d’accèder aux soins et de réduire les problèmes sociaux des populations.

Quant à Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations-Unies, dans un message vidéo a appelé les pays à ne pas rater les engagements du chiffre ZERO.

20120725-011029.jpg

Annonces